Une mobilisation participative au service des besoins sociaux

Nom de la collectivité : Communauté de communes des Bastides du Val d’Arrats

Statut de la collectivité : communauté de communes

Thématique : participer

Située à l’est du Gers, à 1 heure de Toulouse et 30 mn d’Auch, la communauté de communes des Bastides du Val d’Arrats (3799 hab) s’est constituée en 2004 à la suite du diagnostic territorial de ses 15 communes, constitutives du Canton de Mauvezin, et engagé à l’initiative de son Conseiller Général.
Le tourisme « vert » et l’agriculture sont alors les deux activités du territoire, confronté aux problèmes de la ruralité : vieillissement, perte de services, faible diversité économique, perte d’identité, insuffisance de logements pour répondre à la demande de nouvelles populations (jeunes couples avec ou sans enfants, jeunes retraités), et tensions sur le foncier.

C’est à l’ensemble de ces constats que les acteurs locaux ont souhaité répondre.
L’Agenda 21 a constitué l’élément fédérateur et le projet des Bastides du Val d’Arrats. Il enrichit en outre le projet du Pays Portes de Gascogne constitué en 2004, accompagnant la dynamique de l’Aerospace vallée et bénéficiaire d’un programme Leader +.
L’étroite coopération entre acteurs subsidiaires (Pays, Département, Région, Etat, Europe), et la mutualisation des moyens des acteurs locaux au service du projet restructurant le territoire est un point fort de l’Agenda 21.
Dans le cadre de cette mobilisation, trois habitants ont pris l’initiative de travailler plus précisément sur les besoins sociaux du territoire, en partenariat avec acteurs concernés. Après validation des hypothèses de travail, l’association ARCOLAN (Animation rurale collective en faveur du Lien et de l’Action sociale) a été créée en 2006.

Développer des services de proximité, d’insertion, la prévention sanitaire et sociale, rompre l’isolement

Animation collective et participative de la vie sociale
La Mutualité Sociale Agricole s’est étroitement associée au projet, (Contrat de Développement Social Territorialisé de 3 ans, réunissant élus, acteurs institutionnels et associatifs et population) : apport méthodologique et mise à disposition pendant un an d’un agent à mi-temps, co-porteur du projet d’association.
Un diagnostic des nouveaux besoins sociaux a été conduit en 2007, incluant :
-  Des données et le recensement des structures existantes et de leurs missions.
-  Un questionnaire envoyé aux acteurs économiques (peu de retours, même s’il a été noté un intérêt pour faciliter la vie des salariés),
-  2 guides d’entretien, enrichi et validé par les partenaires, avec les acteurs sociaux et associatifs et la population,

Sans prétention statistique, mais résolument participative dans l’expression des perceptions et des besoins (généraux et spécifiques : parents, jeunes, seniors), une série de 100 entretiens confidentiels de 30mn à 1h30 a été conduite, à heure et endroits stratégiques. Elle a conclut à identifier :
-  Une offre de services existante, mais mal connue et à ajuster au changement de profil de la population, des animateurs sociaux isolés,
-  Un manque d’alternative aux assistantes maternelles, très sollicitées. Des congés parentaux et aménagements du temps de travail compensatoires à cette carence,
-  un manque de baby sitting,
-  Des aspirations à des loisirs familiaux conviviaux et diversifiés,
-  Un manque de structure d’accueil des jeunes,
-  Des problèmes d’isolement et de mobilité,
-  Des habitants prêts à s’investir.

Des pistes, chiffrées (personnel, charges…) ont été proposées.
Sont issus de cette initiative collective :
-  La tenue d’ateliers,
-  Une structure d’accueil ponctuelle de la petite enfance (à vérifier/à la programmation 2008)
-  De nouvelles animations proposées aux ateliers, et s’appuyant sur les savoirs-faire locaux : conseil beauté, cuisine, initiation au chant, loisirs créatifs, écriture/poésie, création de marionnettes (parents/enfants), atelier de gestion de conflits, conversation anglaise…
-  12 à 15 adolescents réunis 1 fois par mois qui formalisent avec l’aide d’un éducateur un projet de local « accueil jeunes », agrée jeunesse et sport et l’organisation d’une campagne de prévention sanitaire et sociale,
-  Création d’une plateforme de co-voiturage, et travail sur optimisation des moyens existants (bus scolaire du Conseil Général, mini bus), étude de faisabilité d’un « taxi social »,
-  Organisation de randonnées pédestres intergénérationnelles, rencontre autour des jeux d’hier et d’aujourd’hui…

Financement MSA, CAF (contrat Enfance jeunesse), CC, CG, Pays (Leader), Région…
Participation population : adhésion à l’association de 15 € par an

Gains collectifs :
Mutualisation et optimisation des moyens publics et des équipements existant (locaux, transports, ..),
Valorisation de l’engagement participatif,
Prévention des coûts de la non prise en compte des besoins (départ des jeunes parents, des jeunes, difficulté d’insertion professionnelle, isolement, info santé et prévention…), retour entendu d’un élu : « on a pris conscience des attentes des nouveaux arrivants »,
Travail collaboratif (élus, institutionnel, associatif, animateurs, population…),
Démarche participative continue. Association des jeunes,
Appel à l’expression des compétences et savoirs-faire dans la vie locale,
Volonté de cohésion socioculturelle (anciens/nouveaux résidents, jeunes/séniors, ..) et d’association du tissu économique au projet,
Intégration des problématiques des publics en difficultés et en recherche d’emploi (isolement, aide à la mobilité, à la garde d’enfants…).