Réappropriation partagée des anciens sites pollués du Bassin de Decazeville

Nom de la collectivité : Communauté de communes de Decazeville Aubin

Statut de la collectivité : Communauté de communes

Thématique : Urbanisme et aménagement responsables

Bassin minier et métallurgique prospère du début du 20e siècle (9000 emplois), sa jeune ville centre, Decazeville, est créée au milieu du 19e à partir des besoins de l’industrie. Autour de la première exploitation minière à ciel ouvert et souterraine européenne, les cinq communes urbaines du bassin comptent alors 36 300 habitants. La main d’œuvre étrangère y est nombreuse, l’activité sociale intense.
Le bassin a connu l’abandon des mines souterraines en 1966, l’arrêt de l’industrie sidéro-métallurgiques jusqu’à 2001, fin d’activités de la plus grande exploitation minière à ciel ouvert de France.
Malgré les moyens européens, nationaux et régionaux successifs consacrés à sa reconversion, le Bassin a bien connu le coût écologique, social et économique d’un développement non durable. Forts de la vive mémoire sociale et industrielle locale, les élus locaux ont privilégié, pendant 2 ans, l’étroite participation de la population au renouvellement des perspectives du territoire, dans le cadre de l’élaboration d’un Agenda 21.

Tout le bassin s’est exprimé : diagnostic des élus, et du Conseil de Développement (97 membres : chefs d’entreprises, syndicats, associations, élus et partenaires associés : CAF, Centre Social, agences de développement...), recueil des perceptions de la population, (18% de retours au questionnaire très pédagogique envoyé à 8200 foyers, et relayé par les commerçants), animations régulières…

Très mobilisateur des aspirations et des énergies d’une population très attachée à son territoire et à son histoire, cet Agenda 21 vise résolument à renouveler les sources d’attractivité du Bassin : diversification économique, renouvellement de la cohésion sociale et culturelle (transports), et reconquêtes écologiques (ex : quartier chauffé aux noyaux de fruits). Avec l’ancrage d’établissements leaders et sous traitants de la « Mecanic Vallée », la valorisation de la mémoire et culture industrielle dans de nouvelles sources d’énergie, la diversification des activités (musée du patrimoine industriel, thermes de Cransac…), la requalification des sites dépollués et la mobilisation continue du plus grand nombre, le Bassin veut désormais donner envie.

Parmi les actions restructurantes de l’Agenda 21, la reconquête des friches industrielles est probablement la plus démonstrative de cette farouche volonté de tourner la page.

Lutter contre la pollution des sols, contrôler l’étalement urbain et limiter l’artificialisation des sols, préserver le cadre de vie en offrant les meilleures conditions de développement aux entreprises existantes (qui y seront relocalisées), à venir et aux riverains.
Requalification des anciennes friches industrielles en zones d’activités ou zones d’aménagement concertées et exemplaires du développement durable

Après la dépollution des anciens sites industriels, préalable à toute nouvelle implantation d’activités, les acteurs locaux ont souhaité maitriser la requalification de ces espaces dans une perspective de développement durable.

Reconquête de l’ancien site minier de la Cayronie sur la Commune de Cransac : Plus de 5 ha pour accueillir les entreprises… en concertation entre élus, DDE, ADEME, CAUE, Association Canopée (promotion de la sobriété énergétique et environnementale et du DD), riverains, futures entreprises de la zone :
-  Dépollution du site : enlèvement des schlamms,
-  Démarche AEU et HQE pour l’aménagement du site : intégration au paysage urbain et naturel, réseaux et éclairage public raisonnés, accessibilité, plantations et noues absorbantes et paysagères.
-  Aménagement relevant du Projet Urbain d’Aménagement Global, cette zone assurant la continuité entre 2 quartiers intégrant une liaison pédestre et cyclable.
-  Vente et construction des lots en cours. (3 lots sur 12 vendus)
-  Relocalisation et développement d’un supermarché, d’un pisciniste, installation d’une entreprise de contrôle technique.

Coût  : 700 000 €HT hors enlèvement des schlamms – Prix de vente : 22€/M2

Reconquête de l’ancienne friche sidérurgique de la zone centre de Decazeville
Au cœur de Decazeville, aux côtés du cinéma, de la MCEF et d’un bâtiment communal d’accueil de manifestations, 15 nouveaux ha de services et de commerces de proximité, représentant un fort enjeu pour l’avenir du bassin.
Après localisation et qualification des pollutions, le site fait l’objet d’une lourde sécurisation :
-  Désamiantage et déconstruction.
-  Traitement de 2 zones par procédés différenciés

Parallèlement, la zone fait l’objet d’un aménagement concerté avec la population : concertation préalable à la création de la zone et du périmètre (riverains, habitants, futures entreprises), concertation pour la définition du programme de la zone (élus, commerçants, riverains, futures entreprises, techniciens, CCI...), information sur l’AVP.

Coût total
 : 11 951 171 €HT, dont 2 500 000 € pour le volet dépollution.

Financement prévisionnel (2011) :
ADEME : 1 125 623 €
FNADT : 406 936 €
FIBM : 340 211 €
Conseil Régional : 2 000 000 €
Conseil Général : 182 920 €
UE : 1 000 000 €
Vente terrains : 2 151 000 €
Communauté de Communes : 4 744 478 €

Gains collectifs :
-  Économie et gestion raisonnée de ressources (espace, sols, énergie -déplacements, éclairage- paysages...)
-  Reconversion d’espaces stratégiques, renouvelant l’attractivité économique et sociale du Bassin Sensibilisation à la maitrise des pollutions à venir, et de leur coût écologique, financier, économique et social. Optimisation des moyens publics.
A ce jour une centaine d’Ha réhabilités ou en cours de réhabilitation sur les 5 communes.
-  Lutte contre l’étalement urbain et maitrise des déplacements (et émissions de gaz à effet de serre)
-  Lutte contre l’artificialisation des sols
-  Économie de ressources
-  Subsidiarité et coopération institutionnelle
-  Participation
-  Dynamique participant à la cohésion socio-économique
-  Renouvellement de l’attractivité du territoire