Promouvoir et valoriser la viande bovine ariégeoise de qualité en circuit de proximité

Thématique : Développement local

Porteur de projet : Association Ariégeoise pour le Développement de l’Elevage Bovin viande en partenariat avec le Civam Bio 09
Territoire concerné : territoire du GAL, notamment territoire du PNR et du Pays Couserans
Coût de l’opération : 187 265 euros sur trois ans
Année de mise en œuvre : opérationnel depuis 2010
Pour en savoir plus :
Téléphone : 06 16 54 22 43
E-mail

1. Résumé du projet

Les exploitations bovines ariégeoises se sont peu à peu spécialisées dans la production de broutards : viande maigre exportée à l’étranger. Les éleveurs ont ainsi abandonné la valeur ajoutée de leur production et se sont rendus dépendants des exportations et des fluctuations du marché européen et mondial.

Aujourd’hui, 80 % des ventes d’animaux ariégeois part en Italie ou en Espagne pour l’engraissement. En Ariège, seulement 10 % des animaux sont aujourd’hui engraissés, finis puis vendus localement dans des boucheries traditionnelles et/ou des entreprises de chevilles. Il ressort d’une étude réalisée en 2007/2008 par le CIVAM Bio 09, que 52 % de la production viande bovine bio n’est pas valorisée en agriculture biologique (soit plus de 40000 kg-carcasse). Une grande partie part dans la filière conventionnelle de broutards en Italie.

En plus des fluctuations habituelles, la problématique de la FCO (Fièvre Catharale Ovine) a bouleversé le marché de l’exportation, ce qui a mis une majorité des éleveurs bovins ariégeois dans une situation comptable délicate (constat du centre de gestion de l’Ariège). Cette situation risque de s’aggraver dans le contexte de la nouvelle PAC. Pour tenter d’y remédier, il est important de travailler à la diversification de la valorisation de la production bovine et ainsi contribuer au maintien et au développement d’une économie territoriale en lien avec la production alimentaire (notamment autour de Saint Girons : abattoir, ateliers de découpe).

En effet, l’ensemble des éleveurs (bio et traditionnels) se sont peu à peu spécialisés et ne “cultivent” plus la diversité qu’offre l’élevage. Pourtant, de la naissance à l’abattage, les veaux peuvent être engraissés et commercialisés de différentes manières : veau de lait (blanc ou rosé), jeune bovin, génisse, bœuf/vache... De plus, un changement dans les habitudes des consommateurs locaux qui recherchent des produits carnés de qualité, issus d’exploitations traditionnelles et/ou biologiques ariégeoises respectueuses de l’environnement et du bien être animal, peut représenter un débouché intéressant.
Pourtant, cette demande n’est à ce jour pas assouvie.

A cet état des lieux de la production bovine s’additionne l’état des lieux des dynamiques des territoires locaux :
-  le Pays du Couserans et le Pays des Pyrénées Cathares travaillent à un plan de revitalisation qui intègre l’ensemble de la filière de production de viande (production agricole, abattage, transformation, négoce...) ;
-  le Parc Naturel Régional cherche à dynamiser et structurer des filières agricoles de qualité ;
-  le Département souhaite promouvoir la consommation des productions alimentaires locales (entre autres par les repas dans les cantines de collèges).

2. Objectifs

Ainsi, l’AADEB en partenariat avec le CIVAM Bio 09, souhaite promouvoir et valoriser la viande bovine ariégeoise de qualité (issue des filières traditionnelles et biologiques) en circuit de proximité par des démarches collectives innovantes dans une perspective de développement durable de notre territoire. Pour aboutir à cette finalité, 3 projets complémentaires ont été menés :
-  Acquisition et diffusion de connaissances techniques et scientifiques sur des démarches de commercialisation collectives innovantes.
-  Recueil des possibilités de marchés de viande bovine sur le département de l’Ariège et sa périphérie.
-  Formation collective des acteurs économiques du territoire aux filières et circuits courts dans une perspective de développement durable.
Ces 3 projets sont interdépendants et le travail ne sera cohérent que si les 3 projets sont menés conjointement.

3. moyens mis en œuvre

Afin de réaliser ces 3 projets, l’AADEB et le CIVAM Bio 09 ont recruté deux techniciens(nes), soit 1 par structure. Une convention entre l’AADEB, maître d’ouvrage et le CIVAM Bio 09, précise et explicite le contenu, la période de réalisation et détaille le coût de la prestation par poste de dépense.

4. Résultats

Les objectifs ont été assez bien suivis avec un vrai développement des filières viande en Ariège qui se perpétue aujourd’hui.

Développement des filières des deux structures.
Pour l’AADEB :

  • Développement d’un partenariat entre éleveurs et chevillards afin de maintenir la production locale et la commercialisation en circuit court ;
  • Développement et organisation d’une filière traditionnelle en circuit de proximité issue d’une production de qualité de bovins et ovins engraissés ;
  • Développement du volet promotionnel de la marque : animations chez les distributeurs, partenariat resserré avec les restaurateurs distribuant la marque, réalisation d’un dépliant de communication… ;
  • Un travail différencié selon les produits.

Pour le CIVAM Bio 09 :

  • Structuration des productions et des débouchés grâce à la création d’une boucherie artisanale interprofessionnelle entre éleveurs / bouchers et magasins Bio ;
  • Organisation de la production pour réaliser la commercialisation en carcasses auprès des magasins bio, boucheries Bio et GMS via un intermédiaire ou la structure en cours de création ;
  • Organisation de la production pour coordonner la commercialisation auprès de coopératives pour des ventes de produits transformés BIO ;
  • Développement des débouchés déjà existants

5. Clés de réussite

-  la prise en compte de toutes les productions des filières traditionnelles et biologiques ;
-  le travail de partenariat avec plusieurs acteurs du département et le large soutien du Conseil Départemental.

6. Difficultés rencontrées

-  Quelques difficultés de gestion du projet dues à la pluralité des salariés qui ont travaillé sur le dossier ;
-  Projet de grande ampleur.

6. Perspectives d’évolution

Le développement des filières en Ariège.

7. Éléments reproductibles ou transférables

Ce projet a permis d’avoir une notion des besoins en viande du département du point de vue des consommateurs, des éleveurs et des distributeurs.
Il sert de base depuis 2011 dans les projets.