La thermographie, support de conseils personnalisés à 5000 foyers albigeois

Nom de la collectivité : Ville d’Albi

Statut de la collectivité : Commune

Thématique : Réagir au changement climatique

Préfecture du Tarn, Albi est la Ville centre d’une agglomération de plus de 82 000 habitants.
Comptant 51300 habitants et s’étendant sur 4500 hectares, Albi se situe sur le Tarn près des vignobles de Gaillac, du plateau cordais et de la forêt de la Grésigne, au cœur d’espaces naturels de qualité : À l’est, les premiers plateaux de faible altitude forment les contreforts des Causses. Au sud-est, quelques moyennes montagnes, atteignant les 1300 m, forment une barrière : monts de Lacaune, mont du Sidobre et la montagne Noire. Au nord, existe un plateau de basse altitude appelé le Ségala.
Ville à l’architecture de briques, Albi est dotée d’un riche patrimoine historique et architectural (la Cité Episcopale est inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco), notamment la cathédrale Sainte-Cécile et le Palais de la Berbie accueillant le musée Toulouse-Lautrec.
A 80 km de Toulouse, à laquelle elle est reliée par TER (17 liaisons quotidiennes) et par voie rapide et autoroute (45 mn), Albi est le second pôle de développement économique de la Région Midi Pyrénées, (2154 entreprises, 14 zones d’activités aménagées sur 250 ha.) Elle dispose également d’un pôle universitaire et de l’Ecole des Mines d’Albi-Carmaux.
Après plusieurs décennies de stagnation voire de légère décroissance, la population albigeoise augmente à nouveau, du fait de l’excédent migratoire. Si l’attractivité de la ville d’Albi est importante (+ 0,7 % par an), la croissance démographique de l’aire urbaine albigeoise (93 000 habitants) s’accélère nettement avec un rythme de 1,1 % par an.
Outre l’influence du dynamisme de la métropole toulousaine qui contribue à densifier une grande partie ouest du Tarn, Albi concentre de nombreux emplois qui attirent les actifs vivant en dehors de la ville. Le nombre d’emplois offerts dans la ville-centre est nettement supérieur au nombre d’actifs occupés. En 2006, il y a ainsi 172 emplois pour 100 actifs occupés : c’est l’une des proportions les plus fortes de la région.

Après l’élaboration d’un PADD et d’un PLU en 2003, Albi, qui disposait déjà de services pionniers comme les parcs et jardins (protection biologique intégrée, jardins secs..), s’est engagée en 2005 dans l’élaboration d’un Agenda 21.
Capitalisant en interne une connaissance riche et précise du territoire, des réunions de consultation avec chacun des 12 quartiers de la Ville, et un travail de mobilisation des services ont caractérisé la définition de l’Agenda 21, adopté en 2007.

8 orientations stratégiques, auxquelles sont associées 54 actions précisément identifiées, mobilisent la Ville.

Mises en œuvre en continu et/ou relevant de programmations, les actions sont engagées à un rythme soutenu. Parmi celles-ci, l’amélioration continue de l’écogestion des espaces verts (40% d’économie d’eau en 2009), l’adoption et la diffusion aux acteurs concernés d’une Charte de la Qualité de l’Aménagement Urbain, la diffusion d’une présentation pédagogique des risques naturels, technologiques et sanitaires territoriaux, le réaménagement des voies de circulation facilitant les déplacements doux, et une politique active au titre de l’éco-responsabilité de la collectivité.

Au titre de cette dernière, visant la réduction des impacts du fonctionnement de la collectivité et de ses politiques sur les ressources naturelles, une sensibilisation particulière des albigeois à la déperdition d’énergie de leur logement a été engagée, préalablement au lancement d’un Plan Climat.

Réduire la demande d’énergie et les émissions de gaz à effet de serre.
La diffusion en 2007 d’un document de présentation des risques territoriaux et de l’impact des catastrophes a permis de sensibiliser la population locale aux risques climatiques (multiplication des phénomènes extrêmes : violentes tempêtes, grêle, vagues de froid/de chaleur, aggravation des risques inondations et mouvements de terrain...), et de rappeler les consignes de sécurité.
Cette sensibilisation aux phénomènes météorologiques extrêmes est étroitement liée aux enjeux de la lutte contre le changement climatique, pour laquelle la collectivité a franchi une nouvelle étape dans la mobilisation des albigeois.

Conseiller chaque foyer à partir de la visualisation de leur déperdition d’énergie.
« Votre maison est-elle dans le rouge ? » : c’est par cette question que la municipalité, qui souhaite créer une dynamique de maîtrise de l’énergie sur le territoire, a interpellé les albigeois.
Cette opération de communication active s’appuie sur la thermographie aérienne de la Ville.
Cette technique consiste, à l’aide d’une caméra thermique infrarouge embarquée dans un avion ou un hélicoptère, à mesurer les variations de température à la surface des toits. Elle permet d’obtenir une carte des déperditions de chaleur en toiture de l’ensemble des bâtiments d’un territoire : habitations, entreprises, administrations, bâtiments publics. La toiture pouvant représenter jusqu’à 30% de la déperdition thermique globale dans une maison individuelle non isolée, la thermographie permet d’obtenir un indicateur de la qualité de son isolation.
Même si elle a des limites, la thermographie se révèle un vecteur attractif de sensibilisation à la maîtrise des consommations énergétiques et la lutte contre le changement climatique.
La thermographie a été réalisée en janvier 2008. Les résultats, individualisés et confidentiels, ont été mis à disposition des foyers concernés en 2 temps et sur 2 échelles de territoire :
-  Lors du salon annuel de l’habitat qui accueille en moyenne 15 000 visiteurs. La ville y a aménagé un stand de 100 M2 : 8 à 12 conseillers, des agents de la ville et des élèves ingénieur de l’école des mines d’Albi, ont assuré l’accueil du public de 10h à 19h.
-  Lors de permanences, organisées par quartier 15 jrs après le salon de l’habitat : 4 à 6 conseillers ont accueilli le public entre 16h30 et 20h30.

Lors d’un échange d’une quinzaine de minutes, chaque foyer a bénéficié d’une interprétation des résultats, tenant compte de la morphologie du bâtiment, des conduits de cheminée, de la nature et de l’âge de l’isolation, des matériaux de couverture, de l’occupation du logement et de l’intensité du chauffage au moment de la thermographie.

La carte thermique remise aux visiteurs ne concerne que leur seul logement. Cette disposition technique, permettant d’assurer à tous la confidentialité des données, a été rendue possible par le service SIG de la Ville et de développement en interne d’un logiciel libre. Par ce choix, la ville a voulu éviter le démarchage commercial ciblé.

En complément de leur carte, il a été remis aux albigeois :
-  Un guide de la thermographie aérienne créé par la ville d’Albi avec l’appui du prestataire. Il présente l’opération, le contexte, les enjeux liés à l’énergie, donne des conseils en matière d’isolation et suggère des écogestes afin de réduire la facture énergétique.
-  Une fiche pratique synthétisant les aides financières existantes pour les travaux d’isolation : les crédits d’impôt, les aides régionales, de l’ANAH, les prêts bancaires...
-  Un guide pratique de l’ADEME portant sur l’isolation thermique.

4700 albigeois ont été accueillis lors de ces permanences conseils. Les nombreuses questions soulevées lors de ces entretiens ont amené la Ville d’Albi à intensifier sa sensibilisation :
-  Recrutement d’un conseiller énergie permanent, dont un mi-temps est consacré à l’accueil du public, pour analyse et conseils individuels (isolation, recours aux énergies renouvelables, aides financières...). 176 foyers conseillés dans leurs choix d’investissement, Diffusion de 376 nouvelles cartes thermographiques.
-  Diffusion des justifications et méthodes d’isolation d’une école, des gains de consommation d’énergie enregistrés (de 240 à 72 kWhep/m²/an) et de la réduction de 13 tonnes de CO2 rejetés,
-  Préalable au lancement du Plan Climat (diagnostic en 2010), la Ville a souhaité sensibiliser les particuliers à leur contribution quotidienne aux émissions de gaz à effet de serre : évaluation des émissions relatives au logement, aux déplacements et à l’alimentation (utilisation du logiciel CLIMACT de l’Ademe) sur le salon de l’habitat 2009, et remise d’un kit « action climat » (ampoule basse conso, réglette éco logis (21 conseils), sablier de douche, économiseur d’eau, guide sur le réchauffement climatique de l’Ademe...). 691 personnes ont eu la curiosité de venir calculer leur contribution aux émissions de gaz à effet de serre. (5,9 T/pers/an en moyenne)

Financement :
Ville d’Albi, soutiens financiers de l’Union Européenne (FEDER), de l’ADEME et du Conseil Régional (programme PRELUDDE 2)

Gains collectifs :
-  Mobilisation collective sur les enjeux énergétiques et le changement climatique, aide à la maitrise des dépenses,
-  Optimisation des initiatives et financements publics (Albi, Ademe/Région, Anah,...)
-  Contribution au développement des savoirs faires locaux en matière énergétique.
-  Contribution à la maitrise de la demande d’énergie, au recours aux énergies renouvelables,
-  Sensibilisation au changement climatique, réduction des émissions de gaz à effet de serre
-  Consommation et production responsables
-  Vecteur de cohésion territoriale
-  Evaluation