| Participer, Commune

L’organisation de la participation de publics éloignés

Nom de la collectivité : Ville de Cornebarrieu

Statut de la collectivité : Commune

Thématique : participer

Cornebarrieu compte 5 600 habitants (2011)
Agenda 21 adopté le 20 juin 2011
Personnel : 1 chargée de mission
1 Bureau d’Études (animation concertation)

Située au Nord Ouest dans la banlieue de Toulouse, cette commune, membre de la Communauté Urbaine du Grand Toulouse, a vu sa densité de population croître de 16% entre 1999 et 2007. Caractérisée par un habitat consommateur d’espace (87% de maisons individuelles), 46% de surface agricole utile, et 15% du territoire dédié aux activités économiques, les enjeux territoriaux relèvent essentiellement de la maitrise de l’urbanisme (densification et mixité sociale, déjà initiés dans le cadre d’une ZAC), et des déplacements.

Dans le cadre de l’élaboration de l’Agenda 21, les élus ont spécifiquement demandé que soient associés à la concertation, les publics bénéficiaires de l’action publique mais éloignés des processus de concertation et de décisions.

Privilégier l’expression de publics éloignés des processus de décision

Disposant d’un diagnostic territorial, et au-delà d’un questionnaire aux habitants et 4 ateliers ouverts à tous pour le recueil de perceptions et les propositions d’action, les élus ont choisi de recueillir tout particulièrement les perceptions qualitatives et le vécu du territoire de 4 publics cibles : les séniors, les adolescents, le public bénéficiaire d’aides de la Mairie (recherche d’emploi, de logement, aides financières..), et les enfants, ceci afin de faciliter la réussite des objectifs du développement durable.

Mobiliser et faciliter

L’association de relais

La participation directe des publics éloignés des processus de concertation ne va pas de soi. S’il a été choisi de la faciliter via les structures d’accueil de ces publics, elle a toutefois nécessité un fort investissement pour convaincre des volontaires.
4 structures ont diffusé l’information et pré-sensibilisé d’éventuels volontaires aux objectifs. Elles ont sollicité leur accord (et pour les plus jeunes, l’accord de leurs parents) pour transmettre leurs coordonnées à la chargée de mission Agenda 21 :
• le CCAS pour les séniors et bénéficiaires d’aides de la Mairie ;
• le Point Accueil Jeunes pour les adolescents ;
• le Parlement des enfants pour les plus jeunes.

Les entretiens téléphoniques préalables à l’inscription de volontaires ont permis de présenter individuellement la démarche, d’adapter l’argumentation au public, de laisser le temps de la réflexion... et de mobiliser 33 volontaires.
Un livret pédagogique présentant la démarche et une charte de la concertation, spécifiant que la municipalité s’engageait à prendre en compte les réflexions des participants, a été diffusé.

Adapter la méthode de concertation aux publics cibles
S’agissant d’un public très éloigné de la complexité de la gestion publique, des formules technocratiques et du vocable du développement durable, la méthode utilisée visait à relever des perceptions et les besoins très concrets de ces publics, au regard des objectifs de développement durable.
Réunis en 4 groupes homogènes de 8 à 12 personnes, sous une forme informelle de type « table ronde », les participants ont ainsi pu exprimer leur perception :
• du territoire de la commune, des éléments auxquels ils sont attachés
• de la qualité des espaces et de leur environnement (quantité, entretien, accessibilité) ;
• des freins, très concrets, à la mobilité douce ou à l’usage de transports en commun ;
• des autres (jeunes/anciens/allemands -AIRBUS à proximité-/gens du voyage…) et de la qualité de la vie sociale ;
• des services et de l’animation locale.

Les participants ont également :
• exprimé leurs besoins et aspirations (essentiellement d’informations pour participer davantage aux animations et activités associative locales),
• formulé des propositions concrètes et précises : sens de circulation, amélioration des accès, aménagements de sécurité routière, renouvellement ou multiplication d’animations appréciées, nouveau lieu et objet de rencontres (adolescents)…

L’ensemble des propos a été intégré au diagnostic du territoire, analysé et repris dans les actions de l’Agenda 21, qu’elles relèvent des compétences communales (sociales, notamment) ou de celles de l’Agglomération (aménagement de voies de circulation douce et transports collectifs, corridors biologiques…), et a fait l’objet d’une restitution aux groupes.
La municipalité a notamment intégré à son Agenda 21 le besoin :
• d’informations facilement accessibles, fortement exprimé ;
• de faciliter l’orientation auprès des services de santé (pour les seniors), l’accès aux services (de transports collectifs, de covoiturage…), aux animations et aux activités associatives (par l’information, notamment depuis le CCAS, très apprécié et fréquenté, la mise en relation..) ;
• de création (jardins partagés…) ou le renouvellement d’animations attirant toutes les générations, et mobilisatrices de volontaires ou de compétences locales.

Les modalités de mise en œuvre d’un Comité de Suivi sont à l’étude.

Chiffres clés :
• 16 ateliers de concertation (dont 4 au public dédié), une soixantaine de participants.
• Un investissement particulier des agents, le temps d’argumenter et de convaincre
• Intégration de publics éloignés à la construction d’un projet collectif

Gains collectifs :
Un public à rassurer dans la phase de mobilisation.
Le bon choix des structures relais (interlocuteurs connus et appréciés des publics cibles) et une mobilisation des agents pour convaincre individuellement des volontaires. (33 inscrits sur objectif de 48 participants maximum).
Du pragmatisme et une volonté de rester simple, concret, et compréhensible.
Des propositions d’intérêt collectif très concrètes, tendant notamment à faciliter la mobilité douce.
Une sensibilité particulière au « vivre ensemble », une volonté de participer davantage à la vie sociale locale.
Analyse des perceptions, besoins, demandes, et prise en compte très lisibles dans l’Agenda 21.
Un public en difficultés (demandeurs d’emploi…) qui a apprécié de participer à un projet collectif.
La détermination et l’adaptation aux publics ciblés.
Transversalité : association des agents des services sociaux à la réussite de la participation à la construction de l’Agenda 21.
Une démarche facilitant la cohésion sociale.

Évaluation : Comité de Suivi à l’étude